La Communication Reliée au service de l'élevage

Pourquoi cette démarche en direction des éleveurs ?

 

La Communication Animale ou Inter-espèces est née aux États Unis à la fin des années 70. Elle s'est alors répandue dans le monde, en France elle est enseignée depuis les années 80.

La communication animale permet de correspondre avec toutes les races d'animaux, sauvages comme domestiques.

L'élevage des bovins est dans une situation critique voir catastrophique pour certains modes d'exploitation. La perte de veaux atteint des chiffres qu'aucune autre filière industrielle n'accepterait.

L'étiquetage, la stabulation libre, l'élimination des cornes, la pratique des naissances par césarienne, tout concourt aujourd'hui pour que ce secteur s'enfonce dans une impasse d'où il ne sera bientôt plus possible de sortir sans une "casse" épouvantable.

La communication animale permet de changer radicalement son point de vue vis-à-vis de l'animal. Elle met en lumière les ramifications étroites entre l'homme et l'animal.

Car c'est bien ce lien qui s'est distendu (quand il existe encore). La perte de cohésion sociale dans le troupeau est un autre facteur de dérégulation. Le niveau de violence engendré par cette désorganisation complète ce tableau peu reluisant pour un secteur agricole censé nous nourrir dans les meilleures conditions.

Modestement mon travail s'est donc orienté vers une compréhension des mécanismes qui se sont installés au fil du temps et vers la recherche de solutions dans le rétablissement du lien homme-animal par le "dialogue" que permet la communication animale.

Quels peuvent être les apports de la Communication Animale pour un éleveur dans son travail quotidien ?

 

Le bien-être de l'animal et son amélioration si nécessaire.

Connaître l'état du troupeau sur le plan social, comme sur le plan sanitaire.

Identifier les problèmes d'un animal en regard de son comportement.

Aider l'animal à trouver sa place.

Aider l'animal à exprimer ses douleurs physiques et y remédier (Vétérinaire, thérapies manuelles ou énergétiques, homéopathie, fleurs de Bach, etc.)

Aider l'animal à exprimer ses souffrances psychiques. Par le dialogue et la compréhension, y apporter de l'apaisement.

L’animal qui s'exprime peut changer, par cette expression, le cours de sa vie. (Un troupeau de vaches peut être très revendicatif !)

Interroger l'animal pour savoir s'il est prêt pour une étape importante de sa vie (insémination, vêlage, changement de groupe dans la même exploitation, départ pour une autre exploitation, retraite de l'agriculteur, etc.)

Elle peut contribuer à choisir un animal (achat) et de passer un "contrat" avec l'animal.

Une communication ne remplacera jamais l'intervention d'un vétérinaire, mais l'orientera ou la déclenchera.

Mes livres sur la communication Animale et la Communication Reliée à commander aux Éditions de Môzin

https://www.editions-de-mozin.com/

Quelles sont les principales transformations qui peuvent intervenir grâce à la Communication Animale dans la conduite d'un élevage ?

 

C'est en premier la prise de conscience de la nature profonde de l'animal, la reconnaissance qu'il a lui aussi une destinée personnelle, même si elle est au sein d'un troupeau et la responsabilité de l'éleveur face à cette destinée.

Cela donne un lustre tout à fait particulier au nom "d'Éleveur". C'est bien une tâche à accomplir auprès de nos "frères" animaux.

 

La mort de l'animal reste une question épineuse pour certains éleveurs et c'est tout à leur honneur que de rester sensible à ce moment de la vie malgré les années.

Là encore, le "contrat" peut produire ses effets. Le respect de l'animal dans cette phase ultime de sa vie reste de la responsabilité de l'homme, mais les impératifs économiques et la gestion du troupeau règlent le rythme des départs sur un élevage.

Si le contrat de base a été bien posé à l'arrivée de l'animal et ses conditions de réalisation respectées, tout devrait bien se passer. À vous d'être sincère auprès de votre lot promis à l'abattoir ou de la bête qui doit partir. Prévenir l'animal est essentiel, c'est la moindre des choses. De toute façon, l'animal sait déjà, mais vous devez le lui dire, car c'est votre engagement auprès de lui. Ne vous défilez pas, même si vous avez le cœur serré, bien au contraire, l'émotion est naturelle et même salutaire. Elle est la garantie de votre bonne relation avec l'ensemble de votre troupeau. Cela peut même conditionner l'avenir.

C'est un engagement qui peut vous paraître "lourd", mais vous verrez combien l'animal exécute fièrement sa part du contrat. Ce sera pour vous un soulagement face à sa mort.

Bien évidemment, la communication animale ne règle pas tous les problèmes liés à l'exercice de l'élevage, et certaines personnes réussiront aisément sans n'avoir jamais recours à ce média.

Mais la communication animale émerge doucement dans les consciences et tout notre travail consiste à trouver sa juste place au sein de l'élevage.

Cette technique doit être une aide ponctuelle ou quotidienne pour l'éleveur, elle ne remplacera par son savoir faire et la "parole" de l'animal ne doit pas remplacer la prise de décision de l'éleveur. Chacun doit rester à sa place et ce n'est pas l'animal qui prend le pouvoir au sein de l'exploitation agricole. Tout comme la communication animale ne doit pas être utilisée pour l'asservissement de l'animal.

Au demeurant, c'est une révolution mentale et elle n'est pas aisée à pratiquer si l'ensemble des personnes responsables dans la ferme n'est pas convaincu de son efficacité et de son utilité.